Alain Plantey

Alain PLANTEY

(né le 19 juillet 1924 à Mulhouse, décédé le 3 mars 2013, à Paris)

           

Élu, le 19 décembre 1983, dans la section Législation, Droit public et Jurisprudence,
au fauteuil laissé vacant par le décès de Marcel Rousselet.

Fauteuil n°1
Président de l’Académie et de l’Institut pour l’année 1996

 


En quelques mots          Carrière          Œuvres

Travaux Académiques          Discours et conférences


 

 

En quelques mots

 

Pour la France telle que je l’aime, « rien n’est capital autant que la légitimité, les institutions et le gouvernement de l’Etat ». Je reprends une citation de Charles de Gaulle, le chef que je me suis choisi dès les douloureuses années de la Résistance. Servir l’Etat pour servir la France, au Conseil d’Etat, au cabinet du Général, comme chef de mission diplomatique, dans les organisations internationales et européennes. Servir la République en contribuant à la nouvelle Constitution, grâce à une fonction publique bien organisée et dévouée, à une diplomatie efficace, thèmes auxquels j’ai consacré mes enseignements et mes livres. Servir aussi la langue française, notre culture politique et juridique au cours d’une multitude de missions de négociation, d’expertise, d’arbitrage de par le monde. Ce faisant, servir les causes de la liberté, de la dignité des peuples et de l’entente entre les nations.

(Alain Plantey)

 

 

Carrière

 

Licencié ès lettres, lauréat de la faculté de droit de Bordeaux, résistant (réseau O.C.M. de Bordeaux), ancien élève de l’Ecole Nationale d’Administration et docteur en droit, Alain Plantey devient, en 1950, auditeur au Conseil d’Etat puis maître des requêtes en 1956, à la section du contentieux. Il occupe ce poste jusqu’en 1958.

A cette époque, il a également exercé les fonctions de conseiller juridique auprès du secrétariat des conférences du ministère des Affaires étrangères (1950-1954), puis de l’OECE (1955-1956), et a été membre de la délégation française à l’assemblée générale des Nations unies.

Après le retour au pouvoir du Général de Gaulle, Alain Plantey devient conseiller technique au cabinet de Bernard Cornut-Gentille, ministre de la France d’outre-mer (1958-1959). En 1959, il entre au cabinet du général de Gaulle, comme conseiller à la présidence de la Communauté (1959-1961) puis comme adjoint au secrétaire général à la présidence de la République pour les affaires africaines et malgaches (1961-1967). Il fonde à cette époque (1964) l’Institut international de droit d’expression française, dont il est par la suite Président d’honneur.

En 1967, il est nommé ambassadeur de France à Madagascar, avec qualité de Haut Représentant (défense dans l’océan Indien), jusqu’en 1972. De retour en France, il est chef du secrétariat international puis vice-président du Comité permanent des armements, responsable du siège parisien de l’Union de l’Europe occidentale (1972-1982).

Devenu conseiller d’Etat en 1974, il préside la Commission de recours de l’Agence internationale de coopération culturelle et technique; en 1981, il est nommé membre de son conseil consultatif . En 1988, il est élu président de la Cour internationale d’arbitrage par le conseil de la Chambre de commerce internationale, fonction qu’il occupe jusqu’en 1997. Alain Plantey était membre du Conseil international de l’arbitrage en sport à Lausanne (CIO), du Conseil international de l’Arbitrage (ICCA) et de l’Académie des Arts de la Rue.

Parallèlement à cette carrière, Alain Plantey a toujours consacré une large part de son activité à l’enseignement : cours et conférences à l’ENA, à l’Ecole polytechnique, à l’Institut des hautes études de la défense nationale, à l’Ecole supérieure de guerre, aux facultés de droit de Paris et de province, à l’Institut d’études politiques de l’Université de Paris, à l’Institut international d’administration publique et dans divers établissements administratifs et institutions militaires. Il a enfin donné de nombreux cours ou conférences dans plusieurs institutions étrangères, en Europe occidentale, au Canada, au Brésil, au Vietnam, au Cambodge, au Maroc, en Grèce, en Hongrie, en Chine, au Mali, en Algérie, à Berlin, en Guinée, en Bulgarie, en Pologne, en Syrie, au Liban et en Turquie.

Alain Plantey était membre du Comité d’études de défense nationale et du comité directeur de la revue Défense nationale et membre des Comités de rédaction de la Revue administrative, de la revue Indépendance et coopération, de la Revue de droit international privé (Clunet) et du recueil Penant. Il était administrateur de la fondation Charles De Gaulle, Président du jury du prix « Espoir ».

 

 

Œuvres

 

  • 1951 – La Justice répressive et le Droit pénal chrétien.
  • 1952 – Au cœur du problème berbère : la justice coutumière marocaine.
  • 1953 – La Réforme de la justice marocaine : justice makhéen, justice berbère.
  • 1954 – La Formation et le perfectionnement des fonctionnaires nationaux et internationaux.
  • 1955 – Traité pratique de la fonction publique.
  • 1960 – La Communauté.
  • 1975 – Prospective de l’Etat.
  • 1977 – Droit et pratique de la fonction publique internationale.
  • 1978 – Réformes dans la fonction publique.
  • 1980-1994 – La Négociation internationale : principes et méthodes.
  • 1981 – The International Civil Service, Law and Management.
  • 1981 – Derecho y pratica de la funcion publica internacional y europea.
  • 1987-1990 – De la politique entre les Etats : principes de diplomatie.
  • 1992-2001 – La Fonction publique, traité général.
  • 1992 – Tratado de derecho dilomatico.
  • 2000 – Principes de la diplomatie.
  • 2002 – La Négociation internationale au XIXe siècle.
  • 2003 – La preuve devant le juge administratif
  • 2005 – La Fonction publique internationale
  • 2006 – International Négociation

 

 

Travaux académiques

 

Notice
  • Notice sur la vie et les travaux de Marcel Rousselet, séance du 15 octobre 1985.

 

Séances solennelles
  • Ismaïl Kadaré, discours prononcé en séance solennelle pour l’installation de M. Kadaré, 1996.
  • Paris Capitale, discours prononcé en séance solennelle, Revue des sciences morales et politiques, 1996 (hors série).
  • Boutros Boutros Ghali, discours prononcé en séance solennelle pour l’attribution du Grand Prix de l’Académie, 1994.
  • La responsabilité scientifique, discours prononcé en séance solennelle 1985

 

Communications en séances hebdomadaires
  • Le Conseil d’Etat et les droits de l’homme, séance du 23 octobre 1989.
  • L’arbitrage international, séance du 6 juillet 1995.

 

Divers
  • Définition et principes de l’ordre public », dans L’ordre public, sous la direction de Raymond Polin, Paris, 1995.
  • Introduction au colloque Le patrimoine culturel, sous sa direction, Paris, 1996.
  • Introduction au colloque Aspects du vieillissement, sous sa direction, Paris, 1996.

 

 

Discours et conférences