La France du nouveau siècle

 

sous la direction de
Thierry de Montbrial

 

Avant-propos

L’Académie des sciences morales et politiques est l’une des cinq académies qui constituent l’Institut de France. Selon une tradition bien établie, son président est entièrement responsable de l’organisation du travail de la Compagnie pendant la durée de son mandat. Ayant été élu pour l’année 2001, j’ai ainsi proposé à mes confrères de procéder à un vaste tour d’horizon de la France au début du XXIe siècle, en faisant appel à un ensemble de personnalités très expérimentées. La plupart de leurs contributions sont rassemblées dans ce livre, accompagnées de deux textes de synthèse que j’ai rédigés. Un second volume, publié séparément, regroupe cinq communications sur les thèmes complémentaires de la démographie et de la protection sociale, présentées lors d’un colloque à la Fondation Singer-Polignac, pour lequel nous sommes particulièrement redevables au chancelier honoraire de l’Institut, M. Édouard Bonnefous.

Le lecteur constatera que nous n’avons pas cherché l’exhaustivité. C’est ainsi que, en dépit de mes fonctions de directeur de l’Institut français des relations internationales, j’ai écarté de ce tour d’horizon la politique étrangère et la défense. Je suis en effet convaincu que les capacités d’action d’un pays à l’extérieur sont avant tout fonction de l’état de ses ressources humaines, morales et économiques. C’est donc délibérément que ce travail collectif met l’accent sur les principales réformes internes dont la France a besoin.

Thierry de Montbrial

Sommaire

IntroductionLa France du nouveau siècle, par Thierry de
Montbrial

Première partie — Points de vue extérieurs

Félix ROHATYN — L’état de la France vu des États-Unis

Henrik UTERWEDDE — L’état de la France vu d’Allemagne

Mgr Jean-Louis TAURAN — Les relations Église-État en France : de la séparation imposée à l’apaisement négocié

Deuxième partie — Les bastions de la République

René RÉMOND — La France d’un siècle à l’autre : continuité et ruptures

Pierre ROSANVALLON — Fondements et problèmes de l’« illibéralisme » français

Jean-Pierre CHEVÈNEMENT — Pourquoi la France ne doit pas disparaître

Jean-Denis BREDIN — La France et les droits de l’homme

Jean-Marie ZEMB — La racine langagière du génie français

Michel ZINK — Les humanités et la formation de l’esprit

Dominique LECOURT — L’idée française de la science

Dominique WOLTON — L’identité culturelle française face à la mondialisation de la communication

Alain-Gérard SLAMA. — Le débat intellectuel dans la France contemporaine

Jean-Claude CASANOVA — L’Université française du XIXe au XXIe siècle

Pierre JOXE — L’efficacité de l’État

Michel ALBERT — Le système fiscal français

Troisième partie — Réformer

Hervé GAYMARD — Engagement politique et Nation

Dominique PERBEN — La fonction publique

Jean-Marc VARAUT — La révolution judiciaire

Jean-Marie COLOMBANI — La France et la Corse

Serge FENEUILLE — Vous serez tous des savants

Jean-Pierre BOISIVON — L’efficacité de l’école exige-t-elle toujours plus de moyens ?

Denis GAUTIER-SAUVAGNAC — Débrider le dialogue social

Bernard BRUNHES — Partenaires et acteurs du contrat social : crise française et perspectives européennes

Nicole NOTAT — Les relations sociales en France : le nouveau contexte, le rôle des différents acteurs, les perspectives

Jean-Pierre DELALANDE — Violence, société et humanisme

Claude BÉBÉAR — Mondialisation : émigration-immigration

Jean DRUCKER — La télévision est un enjeu économique et culturel

François TERRÉ — Juillet 1901 – juillet 2001 : repenser une loi centenaire

Quatrième partie — La France des entrepreneurs

Louis SCHWEITZER — Le cas Renault

Bertrand COLLOMB — Entreprise, humanisme et mondialisation

André LEVY-LANG — Nouvelles technologies, innovation et jeunes pousses

Michel PÉBEREAU — Le système financier français dans le marché mondial

Jean-François DEHECQ — Le triangle entreprise, État, Europe

ConclusionQuel avenir pour la France ? par Thierry de
Montbrial