Georges Poulet

 

Georges POULET

(né le 29 novembre 1902 à Chênée, Belgique ;
décédé le 31 décembre 1991 à Bruxelles)

C.

Élu associé étranger le 2 avril 1984
au fauteuil laissé vacant par le décès de Marcel Raymond

Fauteuil n°6

 


Carrière          Œuvres


 

Carrière

 

Né à Chênée, près de Liège, Georges Poulet était le frère cadet du critique littéraire Robert Poulet. Après avoir obtenu son doctorat à l’Université de Liège en 1927, il fut lecteur à l’Université d’Edimbourg puis professeur de littérature française à l’Université Johns-Hopkins de 1952 à 1957 et à l’Université de Zurich de 1957 à 1969 ; il termina sa carrière en tant que professeur associé de littérature française à l’Université de Nice, de 1969 à 1972.

Sans enseigner à l’Université de Genève, il travailla en étroite collaboration avec l’école de critique dite « école de Genève » qui comprenait d’éminents critiques littéraires tels que Marcel Raymond, Albert Béguin, Jean Rousset et Jean Starobinski. Il fut également influencé par les  œuvres critiques de Jacques Rivière, Charles Du Bos, Wilhelm Dilthey et Friedrich Gundolf.

Le premier volume de ses Études sur le temps humain parut en 1949 en France et reçut le prix Sainte-Beuve en 1950 ; le second volume, La Distance intérieure, reçut le Grand Prix de la Critique littéraire, le prix Durchon-Louvet de l’Académie française ainsi que le prix Archon-Despérouses en 1952. Les deux autres volumes, respectivement Le Point de départ et Mesure de l’instant, furent publiés en 1964 et 1968. Dans cette tétralogie, Poulet étudie l’expérience de la temporalité chez des auteurs comme Molière, Proust, Flaubert, Montaigne, René Char ou Baudelaire pour y chercher l’expression de ce qu’il appelle le cogito, ou la conscience, de chaque écrivain.

Le fonds d’archives de Georges Poulet se trouve aux Archives littéraires suisses à Berne.

 

Œuvres

 

  • 1949 – La durée intérieure (Études sur le temps humain, vol. 1)
  • 1952 – La Distance intérieure (Études sur le temps humain, vol. 2)
  • 1964 – Le Point de départ (Études sur le temps humain, vol. 3)
  • 1968 – Mesure de l’instant (Études sur le temps humain, vol. 4)
  • 1961 – Les Métamorphoses du cercle (préface de Jean Starobinski)
  • 1963 – L’Espace proustien
  • 1966 – Trois Essais de mythologie romantique
  • 1968 – Benjamin Constant par lui-même
  • 1976 – La Conscience critique
  • 1977 – Entre moi et moi : Essais critiques sur la conscience de soi
  • 1980 – La poésie éclatée : Baudelaire – Rimbaud
  • 1985-1990 – La Pensée indéterminée (3 vol. De la Renaissance au romantisme ; Du romantisme au début du XXe siècle ; De Bergson à nos jours)