Prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise

 

Télécharger le Formulaire de candidature trilingue

En 1996, afin de renforcer les relations culturelles entre Taïwan et l’Europe, l’Académie des sciences morales et politiques a signé avec le Conseil national des Affaires culturelles de Taïwan, devenu aujourd’hui le Ministère de la Culture, une convention créant une fondation chargée de décerner chaque année deux prix intitulés « Prix de la Fondation culturelle franco-taïwanaise ».

De 25 000 euros chacun, ces prix ont pour vocation de récompenser chaque année des œuvres et projets artistiques ou d’ordre littéraire mettant en lumière les rapports entre Taïwan et l’Europe et susceptibles de contribuer à l’intensification des rapports culturels entre les deux extrémités de l’Eurasie. Ces prix visent aussi à inciter toujours plus de chercheurs, artistes et acteurs culturels à s’intéresser à Taïwan, à son histoire et à sa culture et à permettre ainsi non seulement une meilleure compréhension de la réalité et de la spécificité taïwanaises sur la scène internationale, mais aussi une meilleure connaissance d’eux-mêmes par les Taïwanais, tant il est vrai que l’on ne s’identifie pleinement que dans le regard des autres.

 

Le jury

 

Le jury est coprésidé par le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et par le ministre de la Culture de Taïwan. Il est composé de trois Académiciens français désignés par le secrétaire perpétuel de l’Académie et de trois personnalités taïwanaises du monde de la culture désignées par le ministre de la Culture de Taïwan.

Après examen des dossiers de candidature, il se réunit pour la délibération finale alternativement à Paris et à Taïpei. Le choix des lauréats s’effectue par vote à la majorité des deux tiers.

 

Circonstances particulières liées à la pandémie

 

En raison des divers contretemps induits par  la pandémie de coronavirus, le jury de la Fondation culturelle franco-taïwanaise s’est vu contraint de repousser sa délibération sur les candidatures aux Prix de la 26e édition (initialement 2021) à l’automne 2022.

Les dossiers de candidature peuvent toutefois d’ores et déjà être envoyés à l’Académie, et jusqu’à la date limite du 27 mai 2022.

Les candidatures qui ne seront pas parvenues à l’Académie avant le 28 mai 2022 ne pourront être prises en compte pour les 26es Prix.

 

Appel à candidature

 

Chaque prix est d’un montant 25 000 euros.

Peut faire acte de candidature toute personne morale ou physique issue d’un pays du continent européen ou de Taïwan et répondant à l’objet de la Fondation.

Les candidats doivent pouvoir faire état de travaux de recherche, de programmes culturels, de reportages, de publications, de créations artistiques etc., achevés ou en cours de réalisation, et en rapport direct avec Taiwan.

Après avoir rempli le formulaire (en français, chinois ou anglais) et y avoir joint les documents attestant des travaux accomplis ainsi que d’éventuelles références et recommandations, les candidats devront faire parvenir leur dossier pour le 27 mai 2022,

soit par voie postale à :
Académie des sciences morales et politiques
Fondation culturelle franco-taiwanaise
23, quai de Conti – 75006 Paris

soit par voie électronique à :
perrine.michon@asmp.fr


Les lauréats

 

Depuis 1996, ont été distingués :

  • 2020
    – Wu Kun-Yung, sociologue et philosophe spécialiste de Taïwan, traducteur qui œuvre pour la diffusion de la pensée française à Taïwan en accueillant des auteurs qui, de retour en France, consacrent une partie de leurs écrits à Taïwan, et pour la connaissance de Taïwan en France.
    – Jana S. Rošker, professeure de sinologie au département des Études asiatiques et africaines de l’Université de Ljubljana, directrice du programme national slovène de recherche « Langues et cultures d’Asie », pour ses travaux visant à faire connaître au public universitaire européen les contributions des philosophes taïwanais dans le domaine de la théorie philosophique.
  • 2019
    Robin Ruizendaal, pour son travail de recherche, de préservation et de diffusion de l’art des marionnettes, en particulier des marionnettes taïwanaises à Taïwan et en Europe, ainsi que pour les échanges et coopérations qu’il suscite entre les artistes taïwanais et européens.
    L’Association Francophone d’Etudes Taïwanaises (AFET), représentée par son président Jérôme Soldani, pour ses nombreuses activités qui, depuis une décennie, promeuvent les études sur Taïwan en sciences sociales et humaines auprès des enseignants, des étudiants et des chercheurs francophones.
  • 2018
    Josiane Cauquelin, pour l’ensemble de ses travaux ethnologiques sur les peuples austronésiens de Taïwan.
    Miao Yung-hua, pour sa contribution aux échanges culturels entre la France, l’Europe et Taïwan, notamment ses traductions d’ouvrages littéraires et son émission hebdomadaire en français « L’Heure des musées » sur Radio Taïwan International ».
    Lukas Hemleb, pour ses spectacles mis en scène en collaboration avec le Théâtre National de Taïpei.
  • 2017
    Véronique Arnaud pour l’ensemble de ses travaux ethnologiques.
    Stéphane Corcuff pour l’ensemble de ses travaux et de son action pour mieux faire connaître Taïwan.
    Christian Rizzo, directeur de l’Institut chorégraphique international / Centre chorégraphique national de Montpellier, pour ses créations en collaboration avec des artistes taïwanais et pour l’ensemble de sa filmographie sur Taïwan.
    Jean-Robert Thomann, pour les documentaires qu’il a consacrés à Taïwan.
  • 2016
    Patrice Martinet pour son action ayant permis de faire connaître les arts de la scène de Taïwan au public français, notamment dans le cadre du festival Paris Quartier d’été.
    Vienna Centre of Taïwan Studies, dirigé par Mme Astrid Lipinski, pour le développement des études sur Taïwan en Autriche.
  • 2015
    Samia Ferhat pour l’ensemble de ses travaux sur Taïwan.
    – Le Centre de l’Union Européenne de l’Université Sun Yat-Sen (Kaohsiung, Taïwan) pour l’ensemble de son action.
  • 2014
    Fiorella Allio, pour l’ensemble de ses travaux sur Taïwan.
    Père Aloïs Osterwalder pour sa contribution à la préservation du patrimoine musical taïwanais.
  • 2013
    – Le MIDEM, dirigé par Bruno Crolot, pour l’accueil réservé à l’industrie du disque et à la musique taïwanaises.
    – L’European Research Center on Contemporary Taiwan de l’Université de Tübingen, dirigé par le professeur Günter Schubert, pour l’ensemble de ses travaux de recherche sur Taïwan.
  • 2012
    Philippe Paquet, pour l’ensemble de ses travaux ; Isabelle Rabut et Angel Pino, pour l’ensemble de leurs travaux en faveur d’une meilleure connaissance de la littérature taïwanaise en France.
  • 2011
    – La Maison des Cultures du Monde pour l’accueil fait aux arts vivants taïwanais et au Culture Studies of China, Faculty of Arts, Masaryk University pour leurs travaux de présentation de Taïwann en Europe de l’Est et centrale.
  • 2010
    Göran Malmqvist pour l’ensemble de son œuvre et Guy Darmet pour son action à la tête de la Biennale de Danse de Lyon.
  • 2008
    – La Research Unit on Taiwanese Culture and Literature, Ruhr-Universität Bochum.
    – Le Centre d’enseignement du français hébergé par l’Université nationale normale de Taïwan.
  • 2007
    – Le Centre of Taïwan Studies, créé en 2006, au sein de l’Université de Londres, sur la base du Taiwan Studies Programme initié en 1999, dont les cours et les publications sont consacrés uniquement à Taïwan.
    Alain Jalladeau, qui a créé, en 1979, le Festival des trois Continents consacré aux cinémas d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine.
  • 2006
    Jean-Luc Penso pour son travail de transmission et de diffusion de l’art traditionnel des marionnettes taïwanaises.
  • 2002
    – Le Centre France-Asie de Paris pour l’octroi de bourses à des étudiants taïwanais.
  • 2001
    – Les Pères des Missions Etrangères de Paris installés dans la province de Hualien (Taïwan), pour l’ensemble de leur action culturelle et caritative en milieu aborigène.

  • 2000
    André Lévy pour l’ensemble de son œuvre de sinologue et de traducteur.