Roland Mortier

Roland MORTIER

(né le 21 décembre 1920 à Gand ; décédé le 31 mars 2015 à Bruxelles)

O.

Élu associé étranger le 3 mai 1993
au fauteuil laissé vacant par le décès de Georges Poulet

Fauteuil n°6

 


Carrière          Œuvres          Travaux Académiques


 

 

Carrière

 

Après un doctorat en philosophie et lettres et une agrégation de l’enseignement supérieur, Roland Mortier a tout d’abord été chargé de cours (1955-1958), puis professeur ordinaire (1958-1985), enfin professeur émérite à l’Université de Bruxelles (depuis 1985). Il est Directeur du groupe d’étude du XVIIIe siècle et des Études sur le XVIIIe siècle à l’Université libre de Bruxelles.
En outre, il a été titulaire de la chaire Francqui à la Katholieke Universiteit Leuven (1976) et à l’université catholique de Louvain-la-Neuve (1984).
Il a été Professeur invité des universités de Toronto, Yale, Princeton, Stanford, Cleveland, Maryland, Exeter, Londres, Paris-Sorbonne, Montpellier, Cologne, Pise, Duisburg et Jérusalem.
Il a présidé l’Association internationale de littérature comparée (1976-1979) et la Société internationale d’étude du XVIIIe siècle (1983-1987).
Il est membre de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique depuis 1969, membre d’honneur de l’Académie hongroise des sciences et Corresponding Fellow de la British Academy.
Il est vice-Président de l’Institut des hautes études de Belgique, Président honoraire de l’Association internationale des études françaises (Paris), Président du Comité d’honneur des Études staëliennes (Paris) et membre du Comité directeur des Œuvres complètes de Diderot ainsi que du Conseil consultatif des Œuvres complètes de Voltaire.
Il a reçu le Prix Francqui (1965), le Prix Montaigne (Stiftung FVS, 1983), le Prix Counson de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Bruxelles (1985) et le Prix de l’Union rationaliste (Paris, 1992).
Il a été fait docteur honoris causa des universités de Montpellier, Goettingen et Jérusalem.

 

 

Œuvres

 

  • 1952 – Une suite de l’Encyclopédie. Le Journal encyclopédique 1756-1793 (en collaboration)
  • 1954 – Diderot en Allemagne (1750-1850)
  • 1955 – Un précurseur de Mme de Staël : Charles Vanderbourg (1756-1827)
  • 1957 –  » Les Archives littéraires de l’Europe  » (1804-1808) et le cosmopolitisme littéraire sous le premier Empire
  • 1959 – Un pamphlet rabelaisant, le  » Hochepot ou Salmigondi des Folz  » (1596)
  • 1969 – Clartés et ombres du siècle des lumières. Études sur le XVIIIe siècle littéraire
  • 1970 – M. …, officier militaire dans la marine, Les difficultés sur la religion proposées au père Malbranche (édition critique, texte intégral d’après le manuscrit de la bibliothèque Mazarine)
  • 1972 – Le « Tableau littéraire de la France au XVIIIe siècle  » : un épisode de la  » guerre philosophique  » à l’Académie française sous l’Empire (1804-1810)
  • 1974 – La Poétique des ruines en France : ses origines, ses variations, de la Renaissance à Victor Hugo
  • 1979 – Voltaire : les ruses et les rages du pamphlétaire
  • 1982 – L’Originalité : une nouvelle catégorie esthétique au siècle des Lumières
  • 1982 – Diderot and the  » grand goût  » : the prestige of history painting in the 18th century
  • 1987 -Voltaire, Le Philosophe ignorant, Dieu et les Hommes et Examen important de Milord Bolingbroke (édition critique dans The Complete Works of Voltaire)
  • 1990 – Le Cœur et la Raison : recueil d’études sur le dix-huitième siècle
  • 1990 – Charles-Joseph de Ligne, Mes écarts (édition critique)
  • 1995 – Anacharsis Cloots ou l’Utopie foudroyée

Une large bibliographie des articles de l’auteur est proposée dans Le Coeur et la Raison, pp. XXXIII à LIII.

 

 

Travaux académiques

 

  • « L’actualité des Lumières à la fin du XXe siècle », Revue des sciences morales et politiques, 1998/3