Bernard d’Espagnat

Bernard d’ESPAGNAT

(né le 22 août 1921 à Fourmagnac, Lot ; décédé le 1er août 2015 à Paris)

   O.

Élu le 25 mars 1996, dans la section Philosophie,
au fauteuil laissé vacant par le décès d’Henri Gouhier

Fauteuil n°5

 


En quelques mots          Carrière          Œuvres

Travaux Académiques          Discours et conférences


 

 

En quelques mots

 

Le réel est lointain, cela est indéniable. Question suivante : est-il physique ou non-physique ? J’entends : est-il dans sa totalité descriptible, au moins en droit, par le moyen d’une science exacte (et, de préférence, unifiée) ? La science, en d’autres termes, peut-elle viser une réalité en soi ? Peut-elle espérer devenir un jour une ontologie ou, plus précisément, l’ontologie ?
Répondront oui sans réfléchir beaucoup d’hommes de science pour qui est impensable toute réponse plus nuancée. Répondront également par l’affirmative beaucoup d’esprits qui, avec Descartes, estiment assurément que la science construit ses concepts mais qui (toujours avec Descartes, même s’ils ne le suivent pas en ses raisons) considèrent quêen définitive ces construits décrivent ce qui est.
Cette attitude est raisonnable et naturelle et je ne l’attaque pas a priori. Mais je me penche sur la physique fondamentale telle qu’elle existe aujourd’hui, celle des atomes et des particules. Entrant dans le détail du formalisme mathématique qui la sous-tend, je le vois tout entier fondé sur les notions de « préparation des systèmes »et de « mesure des observables ». J’observe que ces bases sont anthropocentriques. Je cherche si quelqu’un a réussi à les remplacer par d’autres qui ne le seraient pas. Je constate qu’aucun essai fait dans ce sens n’est convaincant. Et je pense donc pouvoir conjecturer que la physique fondamentale ne saurait décrire fidèlement une quelconque réalité en soi.
En d’autres termes, le réel en soi, qui a bien un sens, est voilé : du moins je le crois.
(Bernard d’Espagnat, Un atome de sagesse, Le Seuil, 1982)

 

 

Carrière

 

Ancien élève de l’Ecole polytechnique et de l’Institut Henri Poincaré (groupe Louis de Broglie), docteur en sciences, Bernard d’Espagnat a tout d’abord été attaché de recherches, puis chargé de recherches, enfin maître de recherches au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de 1947 à 1957.

Au cours de cette période, il a également été assistant auprès du physicien Enrico Fermi à Chicago (1951-1952), puis en mission de recherche à l’Institut dirigé par Niels Bohr à Copenhague (1953-1954). Sa carrière scientifique s’est ensuite poursuivie à Genève au Centre d’études et de recherches nucléaires (CERN) ainsi qu’à l’Organisation européenne pour la Recherche nucléaire, comme physicien théoricien (1954-1959).

La carrière universitaire de Bernard d’Espagnat s’est déroulé à la faculté des sciences de Paris où il fut maître de conférences dès 1959, puis professeur titulaire de 1965 jusqu’à sa retraite en 1987. Il a notamment été directeur du Laboratoire de physique théorique et particules élémentaires de l’Université Paris-XI (Paris Sud-Orsay) de 1980 à 1987.

Bernard d’Espagnat est membre de l’Académie internationale de philosophie des sciences (Bruxelles) depuis 1975.

Il a également enseigné aux Etats-Unis en tant que visiting Professor à l’Université du Texas à Austin (1977) et visiting Professor à l’Université de Californie à Santa Barbara (1984).

Bernard d’Espagnat est membre fondateur du Collège de Physique et de Philosophie, http://www.cphi2.org.

 

 

Œuvres

 

  • 1965 – Conceptions de la physique contemporaine; les interprétations de la mécanique quantique et de la mesure.
  • 1971 – Conceptual Foundations of Quantum Mechanics.
  • 1979 – A la recherche du réel, le regard d’un physicien.
  • 1982 – Un atome de sagesse, propos d’un physicien sur le réel voilé.
  • 1984 – Nonseparability and the Tentative Descriptions of Reality.
  • 1985 – Une incertaine réalité; le monde quantique, la connaissance et la durée.
  • 1990 – Penser la science ou les enjeux du savoir.
  • 1990 – Georges d’Espagnat.
  • 1993 – Regards sur la matière des quanta et des choses (en collaboration).
  • 1994 – Le Réel voilé, analyse des concepts quantiques
  • 1997 – Physique et réalité, un débat avec Bernard d’Espagnat
  • 1998 – Ondine et les feux du savoir. Carnets d’une petite sirène
  • 2002 – Traité de physique et de philosophie
  • 2008 – Candide et le physicien (en collaboration)

 

 

Travaux académiques

 

Notice
  • Notice sur la vie et les travaux de Henri Gouhier, séance du 2 décembre 1997

 

Communication en séance hebdomadaire
  • « La physique actuelle et la philosophie », Revue des sciences morales et politiques, 1997/3

 

Groupe de travail

Bernard d’Espagnat a présidé un groupe de travail sur les implications philosophiques de la science contemporaine.

Trois rapports sont disponibles

  • 2001 –Le chaos, le temps, le principe anthropique
  • 2002 – Les interprétations de la physique quantique
  • 2002 – Complexité,vie, conscience

 

 

Discours et conférences