Raymond Boudon

Raymond BOUDON

O.    C.   O.   

(né le 27 janvier 1934 à Paris, décès le 10 avril 2013, à Paris)

Élu, le 5 mars 1990, dans la section Philosophie,
au fauteuil laissé vacant par le décès de Jean Stoetzel

Transféré, par décision de l’Académie du 20 décembre 1999, dans la section Morale et Sociologie,
au fauteuil laissé vacant par le transfert de Lucien Israël

Fauteuil n°6

 


En quelques mots     Carrière     Œuvres     Travaux Académiques

Discours et conférences     Liens     L’épée d’académicien


 

 

En quelques mots

 

L’émiettement des religions et la fin des idéologies totales — le “désenchantement du monde” dont parle Max Weber — qui caractérisent les sociétés modernes impliquent-ils un effritement des valeurs communes ? Cette question est posée par tous les grands sociologues classiques. J’ai développé une réponse résolument négative à cette question dans Le juste et le vrai et dans Le sens des valeurs : les sociétés modernes ne sont pas moins guidées par des valeurs communes que les sociétés traditionnelles. Loin de relever de l’arbitraire, les valeurs ont un fondement objectif et c’est pour cette raison qu’elles peuvent être partagées et qu’elles sont partagées. L’idée du progrès moral n’est pas moins vivace aujourd’hui qu’hier. En développant cette théorie, j’ai suivi les pas de Tocqueville, de Durkheim et de Max Weber, et me suis opposé au relativisme qui domine les sciences humaines depuis la crise culturelle de 68, tendant à stériliser, et à alimenter le pessimisme social et diffus qui traverse nos sociétés. Dans le court et le moyen terme, des mécanismes puissants, que j’ai explorés dans L’inégalité des chances. Effets pervers et ordre social et La place du désordre, contrecarrent toutefois la sélection sociale des valeurs positives qui tend à s’opérer sur le long terme. Parmi ces mécanismes, il faut accorder une place importante aux mécanismes cognitifs : ils font qu’on prête à des idées fausses, fragiles ou douteuses une crédibilité qu’elles ne méritent pas. J’ai exploré ces mécanismes dans L’idéologie ou l’origine des idées reçues et dans L’art de se persuader : l’histoire des sciences démontre que c’est le plus souvent avec d’excellentes raisons que les hommes de science ont cru à des idées fausses. Ce qui est vrai de la connaissance scientifique l’est a fortiori de la connaissance ordinaire. Le fonctionnement normal de la pensée produit donc aussi naturellement des idées fausses que des idées vraies et seul un processus de sélection sociale plus ou moins long peut éliminer les premières au profit des secondes.

(Raymond Boudon)

 

 

Carrière

 

Normalien, agrégé de philosophie et docteur ès lettres et sciences humaines, Raymond Boudon a tout d’abord été attaché de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1961-1962, puis chargé de recherche l’années suivante. Maître de conférence à l’université de Bordeaux (1963-1967), il devient ensuite professeurà la Sorbonne (1967-1971). Il est dans le même temps directeur du Centre d’études sociologiques (CNRS) (1968-1971). En 1971, il devient directeur du groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique (Paris-Sorbonne/CNRS) et professeur à l’université René-Descartes. Depuis 1978 , il est professeur à l’université de Paris IV – Sorbonne.

Docteur honoris causa de l’Université Laval (Québec).

Sociologue de renommée internationale, Raymond Boudon a par ailleurs animé de nombreux cycles d’enseignement dans des universités étrangères : Columbia, Faculté latino-américaine des sciences sociales (Santiago du Chili), Fondation Getulio Vargas (Sao Paulo), Université Laval (Québec), Harvard, Université de Genève, Université de Stockholm, Institut universitaire européen de Florence, Université de New York, Université de Lisbonne, Université de Chicago. Il a également accompli des missions et prononcé des séries de conférences pour le compte de divers ministères (Affaires étrangères, Recherche, Education nationale) et à l’invitation d’institutions ou de gouvernements étrangers : en Allemagne (Berlin, Cologne, Mannheim, Francfort, Munich), au Brésil (Sao Paulo, Brasilia. Belo Horizonte), en Belgique (Liège, Louvain, Louvain-la-Neuve, Bruxelles), au Canada (Hamilton, Montrééal, Québec), en Algérie, en Egypte, aux Etats-Unis (Johns Hopkins, Stanford, M.I.T., Tuft University de Boston, Berkeley, University of Southern California), en Espagne, en Italie, au Mexique, en Norvège, en Pologne, au Portugal, en Suède et en Suisse.

Raymond Boudon a une grande activité éditoriale. Il est Président du Comité de rédaction de L’Année sociologique (Paris) et rédacteur en chef adjoint de Quality and Quantity (Amsterdam). Par ailleurs, il est membre du comité de rédaction de nombreuses revues scientifiques françaises et étrangères : Revue française de sociologie (Paris), Commentaire (Paris), Rationality and Society (Chicago), The American Journal of Sociology (Chicago), Theory and Decision (Berlin), European Sociological Review (Oxford), Thesis (Moscou). Il dirige également la collection Sociologies aux Presses universitaires de France (Paris) et appartient au comité de direction des collections Metodos (Barcelone) et Episteme (Dordrecht / Boston / Londres).

Enfin, il appartient à de très nombreuses Académies étrangères : Academia Europaea, Académie américaine des arts et des sciences, British Academy, Académie des sciences et des arts d’Europe centrale, Académie internationale des sciences humaines de Saint-Pétersbourg, Académie internationale de philosophie des sciences, Académie internationale d’éducation (Oxford / Bruxelles) à la fondation de laquelle il a participé.

Raymond Boudon est également membre de la Société royale du Canada.

Depuis 2006, il est membre du Haut conseil de la science et de la technologie.

 

 

Œuvres

 

Ouvrages

 

  • 1967 – L’Analyse mathématique des faits sociaux, Paris, Plon. Version abrégée : Les Mathématiques en sociologie, Paris, PUF, 1971.
  • 1968 – À quoi sert la notion de structure ? Essai sur la signification de la notion de structure dans les sciences humaines, Paris, Gallimard, 244 p.
  • 1969 – Les Méthodes en sociologie, Paris, PUF (Que sais-je ?), 12e édition (avec R. Fillieule), 2002.
  • 1971 – La crise de la sociologie, Paris, Droz (recueil d’articles).
  • 1973 – L’inégalité des chances, Paris, Armand Colin ; édition de poche,Hachette, collection Pluriel, 1985
  • 1977 – Effets pervers et ordre social, Paris, Presses Universitaires de France ; éd. de poche (Quadrige)
  • 1979 – La Logique du social, Paris, Hachette ; éd. de poche, Hachette, collection Pluriel, 1983.
  • 1982 – Dictionnaire critique de la sociologie, (avec F. Bourricaud), Paris, Presses Universitaires de France, 651 p. ; 2e édition revue et augmentée, 1986, 715 p. ; éd. de poche, (Quadrige), 2000, 4e édition en 2011.
  • 1984 – La Place du désordre. Critique des théories du changement social, Paris, Presses Universitaires de France, 245 p. ; éd. de poche (collection ” Quadrige “, 1991.
  • 1986 – L’Idéologie, ou l’origine des idées reçues, Paris, Fayard ; éd. de poche, Paris, Seuil/Points, 1992 ; Paris, Le Seuil, Collection Points, 2011.
  • 1990 – L’Art de se persuader des idées fragiles, douteuses ou fausses, Paris, Fayard ; éd. de poche, Paris, Seuil/points, 1992.
  • 1992 – Traité de sociologie, Paris, PUF (avec huit autres auteurs)
  • 1995 – Le Juste et le vrai : études sur l’objectivité des valeurs et de la connaissance, Paris, Fayard.
  • 1999 – Le Sens des valeurs, Paris, PUF, Quadrige (recueil d’articles)
  • 1998-2000 – Études sur les sociologues classiques, I et II (Smith, Tocqueville, Durkheim, Tarde, Pareto, Simmel, Weber, Scheler, Lazarsfeld), PUF, Quadrige.
  • 2000 – The Origin of Values, Transaction, New Brunswick (USA), Londres.
  • 2000 – Dictionnaire critique de la sociologie (en collaboration)
  • 2002 – Déclin des valeurs ? Déclin de la morale ?, Paris, PUF
  • 2003 – Raison, bonnes raisons. La rationalité : notion indispensable et insaisissable, Paris, PUF .
  • 2003 – Y a-t-il encore une sociologie ?, Paris; Odile Jacob (entretiens avec R. Leroux).
  • 2004 – Pourquoi les intellectuels n’aiment pas le libéralisme ?, Paris, Odile Jacob.
  • 2004 – The poverty of relativism, Oxford, éd. The Bardwell Press, préface de Bryan S. Turner
  • 2005 – Tocqueville aujourd’hui, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 – L’explication de l’action sociale, PUF , coll. L’année sociologique 2005 N°1
  • 2006 – Renouveler la démocratie. Éloge du sens commun, Odile Jacob.
  • 2007 – Essai sur la théorie générale de la rationalité, PUF.
  • 2008 – Le relativisme, Paris, PUF, Collection “Que Sais-Je ?”
  • 2009 – La Rationalité, PUF, coll. “Que sais-je ?”
  • 2012 – La rationalité, PUF, coll. Quadrige – Grands textes

 

Direction d’ouvrages collectifs

 

  • Quantitative Sociology, coed. avec H. Blalock, Aganbegian, Borodkin, V. Capecchi, New York, Academic Press Inc., 1975.
  • Traité de sociologie, Paris, PUF, 19*
  • Cognition et sciences sociales, coed. avec A. Bouvier et F. Chazel, Paris, PUF, 1997
  • The Classical Tradition in Sociology (8 volumes), coed. avec M. Cherkaoui et J. Alexander, Londres, Sage, 1998.
  • Central Currents in Sociological Theory (8 volumes), coed. avec M. Cherkaoui, Londres, Sage, 2000.
  • École et Société, coed. Avec N. Bulle et M. Cherkaoui, Paris, PUF, 2001.
  • Dictionnaire de la pensée sociologique, codir. avec M. Borlandi, M. Cherkaoui et B. Valade, PUF, 2005

 

Traduction

 

  • Georg Simmel, Die Probleme der Geschichtsphilosophie, Leipzig, Duncker und Humblot, 1921. Titre français, Les problèmes de la philosophie de l’histoire, Paris, Presses Universitaires de France, 1984.

 

 

Travaux académiques

 

Notice
  • Notice sur la vie et les travaux de Jean Stoetzel, séance du 18 février 1992.

 

Séances ordinaires

 

Colloque
  • La nature de la religion selon Durkheim, Colloque Durkheim aujourd’hui, Institut de France, Académie des sciences morales et politiques, 4-5 novembre 2008, à l’occasion du 150e anniversaire de Durkheim et de son inscription par le Ministère de la Culture et de la Communication dans la liste des célébrations nationales de 2008.

 

 

Discours et conférences

 

En dehors de l’Académie

 

 

Bio-bibliographie

 

  • Raymond Boudon, A life in sociology, 4 volumes édité par Mohamed Cherkaoui and Peter Hamilton, Oxford, The Bardwell Press, octobre 2009, 1624pp.
  • Revues européennes des sciences sociales, tome 36, n°112, G. Busino et B. Valade (dir.), Genève, Droz, 1998.
  • Le ragioni degli individui. L’individualismo metodologico di R. Boudon, E. di Nuosco, Soveria Mannelli, Rubettino, 1996.
  • La sociologie de R. Boudon, Y. Assogba, Les Presses de l’Universté de Laval, 1999.
  • R. Boudon e l’epistemologia dell’azione, E. Sciarra, Pescara, Euro, 1999.
  • Sociologie de Raymond Boudon. Essai de synthèse et applications de l’indivudualisme méthodologique, par Yao Assogba, coédition Les presses de l’Université de Laval (éd. de l’IQRC) et L’Harmattan, 1999, 241 p.
  • Premières leçons sur la sociologie de Boudon, M. Dubois, Paris, PUF, 2000.
  • R. Boudon, vie, œuvre, concepts, C. Vautier, Paris, Ellipses, 2002.
  • La sociologie est-elle une science ? Entretien avec R. Boudon et systématisation de la démarche de l’explication en sociologie, Y. Assogba, Les Presses de l’Univesrité de Laval, 2004.
  • Boudon, un sociologue classique, Jean-Michel Morin, Paris (L’Harmattan), 2006

 

 

Liens

 

 

 

L’épée d’académicien