Claude Dulong-Sainteny

Claude DULONG-SAINTENY

(née le 12 juin 1922, à Limoges ; décédée le 29 octobre 2017, à Paris)

O.    O.

Élue, le 4 décembre 1995, dans la section Histoire et Géographie,
au fauteuil laissé vacant par le décès de Jean Laloy

Fauteuil n°6

 


En quelques mots     Carrière     Œuvres     Travaux Académiques


 

 

En quelques mots

 

Le métier d’historien s’apparente à celui du détective: rien de plus excitant. Mais toutes les enquêtes n’aboutissent pas : rien de plus frustrant. Et dans le meilleur des cas la récompense est mince. Comment faire comprendre au public la somme de recherches qui sous-tend une seule page, parfois un seul paragraphe, d’un seul volume ?  » Allez aux sources ! Allez aux sources !  » me répétaient mes professeurs de l’école des chartes. C’est qu’il faut établir l’authenticité d’un document avant de l’utiliser. La règle a l’air simple, elle semble aller de soi, et pourtant elle est tous les jours violée parce qu’elle exige d’abord une formation spécifique, ensuite une persévérance et une rigueur infinies. Il faut tout vérifier, jusqu’au filigrane du papier qui sert de support aux documents que vous déchiffrez. Car si votre document du XVIème siècle a été écrit sur du papier du XIXème, il va de soi que c’est un faux. Mais les amateurs, qui croient qu’être historien, c’est raconter l’histoire, se soucient bien de tout cela ! Ils veulent faire vite et gros pour allécher les médias.

En histoire, je crains aussi les penseurs et les modes. Le prix du blé, les variations climatiques nourrissent les grandes synthèses sociologiques d’aujourd’hui. Cette approche n’est pas toujours innocente. Elle part souvent d’une idée préconçue, parfois d’une idéologie : l’individu ne serait pour rien dans son destin, il n’aurait pu influer sur les événements. C’est faux (voir Jean-Paul II, voir de Gaulle et tant d’autres). Pour expliquer le déroulement de l’Histoire, la psychologie a autant de valeur que la climatologie.

Voilà pour la méthode. Après quoi il ne reste plus à l’historien que de savoir écrire !

(Claude Dulong)

 

 

Carrière

 

Archiviste-paléographe, licenciée ès lettres, ancienne élève de l’Ecole pratique des hautes études (philologie romane), ancienne élève de l’université de Harvard, Claude Dulong a également occupé des fonctions à la direction des bibliothèques, à l’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ainsi qu’à l’Alliance française. Elle a en outre été conservatrice de la bibliothèque Jean-Lebaudy.

 

 

Œuvres

 

  • 1951 – Un amour déchiffré, La Rochefoucauld et Mme de La Fayette (en collaboration).
  • 1952 – Banquier du roi. Barthélemy Hervart, 1606-1676.
  • 1956 – Trente ans de diplomatie française en Allemagne. Louis XIV et l’Electeur de Mayence (1648-1678).
  • 1958 – Asie jaune, Asie rouge.
  • 1969 – L’Amour au XVIIe.
  • 1980 – Anne d’Autriche.
  • 1984 – La Vie quotidienne à l’Elysée au temps de Charles de Gaulle.
  • 1984 – La Vie quotidienne des femmes au Grand Siècle.
  • 1986 – Le Mariage du Roi-Soleil.
  • 1989 – La Dernière Pagode.
  • 1990 – La Fortune de Mazarin.
  • 1991- Histoire mondiale des femmes (en collaboration).
  • 1993 – Marie Mancini.
  • 1996 – Amoureuses du Grand Siècle.
  • 1999 – Mazarin.
  • 2002 – Mazarin et l’argent

 

 

Travaux académiques

 

Notice
  • Notice sur la vie et les travaux de Jean Laloy; séance du 10 décembre 1996

 

Séance solennelle
  • « Mode et féminisme », La mode, séance publique annuelle des Cinq Académies, 20 octobre 1998.

 

Séances ordinaires
  • Hô chi Minh, séance du lundi 22 septembre 2003
  • « Les origines du Collège des quatre-nations », Revue des sciences morales et politiques, 1996/2.
  • « Les femmes et les lettres », dans Le XXIe siècle et les femmes, Publications de l’Institut de France, 1999.

 

Divers
  • Mazarin et les biens de ce monde, communication faite à l’Institut de France, 12 décembre 2002