Graine d’académie
Tous experts ! tous procureurs !

Tous experts ! tous procureurs ! Santé et Société, des liaisons… dangereuses ?
La crise sanitaire et ses controverses, entre raison et passions

Projet des lycéens du groupe de préparation à Sciences Po
(1ère – Lycée international François 1er, Fontainebleau)
présenté en 2021 dans le cadre de « Graine d’Académie » sur le thème « Santé et Société »

 

Dans le cadre du programme éducatif « Graine d’Académie », le Lycée international François 1er   a conduit, pour la deuxième année, une réflexion sur un sujet en lien avec le thème annuel de travail de l’Académie des sciences morales et politiques. En 2021, le thème est « Santé et Société »,  sous la présidence d’André Vacheron.
Dans le contexte d’une seconde année  placée sous le régime du Covid-19, les lycéens n’ont pu se rendre à l’Académie assister à une séance et auditionner un membre de l’Académie comme ils le  souhaitaient, ni venir présenter le fruit de leur travail et débattre avec les académiciens  à son sujet. Ils n’en sont que plus méritants d’avoir persévéré dans leur projet et d’en avoir adapté la restitution pour en faire un objet multimédia hybride. L’imperfection de cet objet intermédiaire, son inaboutissement-même, ne sont pas le fruit du hasard : 

« Nés en 2004. Soit dix ans en 2015, année terrible, année « Charlie » et « Bataclan ».
Cinq de plus, à peine seize ans donc, lors du séisme planétaire que fut – qu’est toujours – la crise sanitaire Covid-19 et de la mise en place d’un confinement total historiquement inédit en mars 2020, reconduit deux fois depuis.

Nous sommes, nous lycéens et lycéennes de Première, ce que médias et historiens appellent déjà la « génération Covid », et sommes appelés à porter cette étiquette durablement. Troisième promotion masquée, « distanciée » … sacrifiée ? Qui vivra… verra ! Qui, plus que nous (un mal pour un bien !) pouvait se sentir interpellé par le thème 2021 du programme « Graine d’Académie » de l’Académie des Sciences Morales et Politiques : « Santé et société » ?

Interpellés, nous le fûmes par la conférence du Professeur Jean-François Mattei, à laquelle nous eûmes l’opportunité d’assister (en « visio », évidemment) lundi 15 mars 2021. Honorés, nous le fûmes également par celle de lui poser dix questions auxquelles l’académicien répondit avec enthousiasme, achevant de donner forme à ce qui était depuis quelques semaines déjà né dans nos sept esprits : Jean-François Mattei analyse et démasque en effet en trois temps ce qu’il appelle  « l’opposition déraisonnable aux faits médicaux et scientifiques » : nature, causes et réponses à apporter. Les causes (la deuxième partie de son exposé) sont selon lui au nombre de deux principales : la défiance envers les élites d’une part, l’information de masse et les « infox » d’autre part. Deux phénomènes dont on parle beaucoup, qui nous traversent parfois, et sur lesquels nous nous efforçons de prendre du recul pour en comprendre les ressorts et les dangers.

Télécharger le texte de la communication de Jean-François Mattei
Quand l’opposition aux faits médicaux et scientifiques devient déraisonnable

Télécharger les réponses apportées par Jean-François Mattei aux questions des lycéens

C’était précisément là le coeur de notre thème de réflexion.
Notre production finale s’imposait donc d’elle-même ! Quelle réalisation serait la mieux à même de rendre compte de l’environnement dans lequel nous nous trouvons, socialement, politiquement, culturellement et bien sûr sanitairement depuis plus d’un an ?  À l’évidence la suivante : celle d’une parodie de débats ou de panels télévisés, si chers aux chaînes de télévision d’information continue qu’on ne citera pas et qui, depuis mars 2020, cumulent plusieurs milliers d’heures de plateaux confrontant politiques et experts, journalistes et analystes, tous plus sûrs d’eux-mêmes et de leurs certitudes définitives les uns que les autres. Et, quand ils ne le sont pas, amenés par la logique de l’émission et de la concurrence à laquelle se livrent les chaînes pour capter l’attention des spectateurs, à livrer des analyses frappantes ou des hypothèses audacieuses, afin que leur voix compte. Politiques et médecins « système » ou « antisystème », journalistes et animateurs neutres ou eux-mêmes faiseurs d’opinion et influenceurs… , c’est à une archéologie de l’immédiat que, modestement et conscients du caractère forcément éphémère (et tant mieux quelque part !) du projet et de sa réalisation, nous nous confrontons tous les sept.

En écho à notre échange avec Monsieur Mattei, ainsi qu’aux réflexions de Bruno Latour dans ses Leçons du confinement à l’usage des terrestres, nous nous proposons donc de réaliser ce que l’on pourrait appeler une « capsule » vidéo, témoin terrestre pour un futur par définition toujours plus proche, de la grande comédie humaine (trop humaine ?) que fut le théâtre médiatique national, mettant en scène porte-paroles gouvernementaux, politiques d’opposition, médecin du conseil de l’ordre ou star antisystème érigée en messie, juriste consultant, et animatrice elle-même influenceuse… Toute ressemblance avec la réalité et des personnages ayant réellement existé (et existant toujours) n’est à proprement parler pas une totale coïncidence !

Brouillonne et superficielle,  notre production l’est donc forcément, et s’assume délibérément comme telle, à l’image de ses « modèles », sitôt visionnés sitôt oubliés et dépassés par d’autres à mesure que la pandémie a changé de visage. Leur rendre hommage par ce biais gentiment irrespectueux et satirique fait également partie du projet –  ils ne pouvaient, pas plus que nous, disposer du recul nécessaire –  ainsi, plus sérieusement et surtout, que de montrer que, bien que nés en 2005, nous ne sommes pas forcément indifférents aux enjeux du « monde d’après » comme dirait Latour, le nôtre par essence.

Regarder la « capsule » vidéo d’un temps presque révolu  : « Tous experts ! tous procureurs ! « 

Le groupe d’élèves de Première :
Jules Borgetto
Rania Daoudi
Valentin Grangier
Noane Hadrot
Rhode Mbuyi-Kabamba
Anaïs Roger
Rémi Toitot

Professeur référent : François Rubellin, professeur d’histoire-géographie.

Fontainebleau, 27 juin 2021

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.