Autour de 1905

Itinéraires dans l’histoire de France cent ans après la Séparation

André Damien

Publié avec le concours
de la Fondation Khôra

A l’occasion des commémorations placées sous sa responsabilité, le bâtonnier André Damien a prononcé de nombreux discours et conférences, et a été sollicité par diverses publications pour des articles ou des préfaces. Ces textes, dispersés et parfois inédits, ont été réunis ici en un volume.

Cet ouvrage offre non seulement un ensemble d’itinéraires dans l’histoire de la loi de 1905, de la laïcité et du droit des cultes, mais présente aussi une perspective très éclairante sur l’histoire de France.

 

Table des matières

 

Avant-propos

Chapitre 1 : Le centenaire de la loi de 1905

Chapitre 2 : « Laïcité » : à la recherche d’une définition

Chapitre 3 : Etat et religion d’Antigone à Bonaparte

Chapitre 4 : Vers la Séparation

Chapitre 5 : Aristide Briand, père de la loi de 1905

Chapitre 6 : La Séparation en province

Chapitre 7 : L’opposition de l’Eglise catholique aux associations cultuelles

Chapitre 8 : Le statut juridique des cultes

Chapitre 9 : Mise en perspective historique : la France et l’Eglise romaine des rois très chrétiens à la loi de 1905

Chapitre 10 : Mise en perspective historique : la loi de 1905 dans l’histoire de la France

Annexe 1 : Actes des colloques de l’Académie des sciences morales et politiques pour le centenaire de la loi de 1905

Annexe 2 : Publications de l’Académie des sciences morales et politiques

La Séparation en province

Conférence nationale
des Académies des Sciences, Lettres et Arts

sous la direction de
M. Michel Woronoff

Préface de M. Pierre Messmer,
Chancelier de l’Institut

Et si le sort de la loi de 1905 s’était joué en province ? Cet ouvrage réunit les actes d’une journée d’études organisée par la Conférence nationale des Académies des Provinces, dans le cadre du centenaire officiel de la loi de 1905. Chaque académie provinciale a chargé l’un de ses membres d’étudier la Séparation dans sa région ou sa ville. L’ensemble donne une vision nouvelle et riche du débat politico-religieux qui a accompagné l’élaboration et surtout l’application « sur le terrain » de la loi de 1905. Méconnus ou même inconnus, ces épisodes de l’histoire de France éclairent l’histoire de la laïcité au niveau national.

 

Présentation de l’éditeur…

 

Les lois dont on parle le plus ne sont pas celles qu’on connaît le mieux. Sait-on par exemple, que le mot « laïcité » ne se trouve pas dans la loi de 1905 ? Il y est question de la Séparation, de libre exercice des cultes, de liberté de conscience, d’associations cultuelles, de lieux de cultes et même de police des cultes. Et pourtant, nul ne peut contester que cette loi demeure l’acte fondateur et la grande référence de la « laïcité à la française ».

La Troisième République a commencé par séparer l’École de l’Église, avec Jules Ferry, avant de séparer les Églises de l’État, avec Aristide Briand, Émile Combes, Jean Jaurès. Cet ouvrage, par un récit simple, accompagné de documents et abondamment illustré, fait revivre l’histoire de la loi de 1905 et reconstitue son époque.

Mais il offre bien plus que cela. La laïcité ne s’est pas faite en un jour. La Séparation doit être resituée non seulement dans son contexte, mais aussi sur la longue durée. Telle est l’originalité et la nouveauté de ce livre : le « livre du centenaire ».

En trois parties, il retrace toute l’histoire de France sous l’angle des rapports entre le pouvoir politique et les religions. D’abord en parcourant les siècles de la monarchie catholique à la République laïque. Puis en relatant les épisodes de la Séparation, du conflit violent à l’équilibre républicain. Enfin en suivant les relations de l’État avec les cultes depuis un siècle jusqu’à nos jours.

Ce retour sur les siècles passés conduit au seuil de l’actualité et permet de la comprendre. Confrontée à de nouveaux défis, quelles réponses la société saura-t-elle puiser dans l’histoire si riche, si mouvementée et si singulière de la « laïcité à la française » ?

L’Académie des sciences morales et politiques, chargée par l’Etat d’organiser le centenaire officiel de la loi de 1905, a tenu à associer la Conférence nationale des Académies des Sciences, Lettres et arts à son important travail historique de l’année 2005. Ce l ivre réunit les actes du colloque des 4 et 5 novembre 2005, sur le thème : « la Séparation en province ».

La commémoration du centenaire de la Séparation ne pouvait raisonnablement séparer l’histoire nationale de l’histoire locale. Les hommes politiques qui ont élaboré la loi de 1905 étaient bien conscients que le sort de la grande réforme se jouerait in fine, en province.

Les mêmes questions que chacun se posait en 1905 ont guidé les vingt-deux acteurs de ce livre en 2005 : suffit-il de voter une loi à Paris, dans l’enchevêtrement des enjeux politiques et des intérêts de partis, pour que la séparation des Eglises et de l’Etat soit acceptée par la population ? La loi risque-t-elle d’amener la France au bord de la guerre civile ? En suivant, grâces aux sources locales, les répercussions en province des longs débats de la Séparation, puis en évaluant les tensions qui ont accompagné l’application de la loi — notamment les fameux Inventaires —, les études réunies dans ce recueil permettent de mieux comprendre la portée réelle de la loi de 1905 sur la société française.

 

État et religion

Recueil publié dans le cadre du
centenaire officiel de la loi de 1905

Réédition revue et augmentée
des études parues dans la
Revue des sciences morales et politiques
sous la direction du recteur Jean Imbert,
président de l’Académie en 1994

Les textes réunis dans ce recueil sont issus de communications présentées devant l’Académie des sciences morales et politiques. Pour l’essentiel, elles ont été prononcées en 1994, à l’invitation du recteur Jean Imbert, alors président de l’Académie, qui avait choisi pour thème annuel : « État et religion ». Les communications ont paru sous forme d’articles dans la Revue des sciences morales et politiques (1994, nos 1 à 4). Elles sont rééditées ici avec l’accord des auteurs, qui ont eu la possibilité, s’ils le souhaitaient, de modifier leur texte, ou d’y ajouter des observations pour en actualiser le contenu.

Un auteur — M. Bruno Étienne — a souhaité réécrire son article sur l’islam en France pour y intégrer les événements nombreux intervenus depuis 1994. Il s’agit donc d’un texte inédit.

Comme il est d’usage lors des séances de l’Académie des sciences morales et politiques, les communications sont suivies d’un échange. Les académiciens posent des questions à l’orateur, qui y répond ensuite globalement. Les articles sont présentés ici suivis d’un résumé de ces échanges oraux.

Plus récent, l’article du cardinal Jean-Louis Tauran est la version écrite d’une communication prononcée devant l’Académie des sciences morales et politiques en 2001. Il a été ajouté à ce recueil, en raison du sujet traité, avec l’accord de l’auteur.

Afin de faciliter l’utilisation de ce livre, les chapitres ont été organisés en trois parties, qui n’existaient pas dans la publication initiale.

L’Académie tient à remercier sincèrement tous les auteurs qui ont contribué à la réalisation de cet ouvrage.

 

Présentation de l’éditeur…

 

Dans ce livre exceptionnel, destiné à marquer le centenaire de la loi sur la séparation des Eglises et de l’État, l’Académie des sciences morales et politiques réunit des textes de grands historiens, de grands juristes, d’hommes d’Etat et d’hommes d’Eglise, tous fins connaisseurs des rapports entre pouvoir politique et pouvoir religieux depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Les guides de ce vaste parcours historique sont : Jean Leclant, Jacqueline de Romilly, Jean Gaudemet, Roger Arnaldez, Lucien Bély, Bernard Plongeron, Jean Tulard, Jean Foyer, Bruno Neveu, le cardinal Jean-Louis Tauran, Jean-Paul Costa, Pierre Messmer, Romuald Szramkiewicz, François Terré, Bruno Etienne, Jacques Robert, Emile Poulat et André Damien.

Chacun donne, en un chapitre clair, les connaissances essentielles et les idées fortes sur les thèmes comme « le pharaon, prêtre et souverain », « l’Empire romain et le christianisme », « l’Islam, religion conquérante ? », « les guerres de religion », « la Révolution et l’Empire de Napoléon », « le Concordat », « la loi de 1905 et son application », « la conception française de la laïcité », « le régime d’Alsace-Moselle », « le statut de congrégations religieuses », « l’Islam en France », « le droit des sectes », ou encore « les catholiques français et la politique ».

Ce sont ainsi quelque vingt conférences prononcées devant l’Académie des sciences morales et politiques ces dernières années, notamment sous la présidence du recteur Jean Imbert, et portant sur les relations entre État et religion qui, après une mise à jour, sont mises à la disposition du public.

 

Histoire de la laïcité à la française

Loi de 1905 : le Livre du Centenaire Officiel

sous la présidence de
Jean Tulard et André Damien

Préface de M. le Premier ministre

Cet ouvrage inédit, publié par l’Académie des sciences morales et politiques, est avant tout un livre pédagogique. Particulièrement destiné aux enseignants et à leurs élèves, il est accessible à tous les publics soucieux de comprendre la laïcité par son histoire.

Richement illustré et écrit avec clarté, il retrace la longue histoire des rapports entre le pouvoir politique et les religions en France. Ne se contentant pas de resituer l’histoire de la loi de 1905 dans son contexte politique, il a pris le parti de raconter la laïcité dans la longue durée, et traverse ainsi toute l’histoire de France jusqu’à la situation présente. Par un récit simple, factuel et objectif, en 21 brefs chapitres, ce livre est organisé en trois parties :

1. De la monarchie catholique à la République laïque
2. La Séparation, naissance douloureuse de la laïcité française
3. L’Etat et les religions depuis 1905

Ce retour sur les siècles passés conduit au seuil de l’actualité et permet de la comprendre et de se demander : Confrontée à de nouveaux défis, quelles réponses la société saura-t-elle puiser dans l’histoire si riche, si mouvementée et si singulière de la « laïcité à la française » ?

 

Présentation de l’éditeur…

 

Les lois dont on parle le plus ne sont pas celles qu’on connaît le mieux. Sait-on par exemple, que le mot « laïcité » ne se trouve pas dans la loi de 1905 ? Il y est question de la Séparation, de libre exercice des cultes, de liberté de conscience, d’associations cultuelles, de lieux de cultes et même de police des cultes. Et pourtant, nul ne peut contester que cette loi demeure l’acte fondateur et la grande référence de la « laïcité à la française ».

La Troisième République a commencé par séparer l’École de l’Église, avec Jules Ferry, avant de séparer les Églises de l’État, avec Aristide Briand, Émile Combes, Jean Jaurès. Cet ouvrage, par un récit simple, accompagné de documents et abondamment illustré, fait revivre l’histoire de la loi de 1905 et reconstitue son époque.

Mais il offre bien plus que cela. La laïcité ne s’est pas faite en un jour. La Séparation doit être resituée non seulement dans son contexte, mais aussi sur la longue durée. Telle est l’originalité et la nouveauté de ce livre : le « livre du centenaire ».

En trois parties, il retrace toute l’histoire de France sous l’angle des rapports entre le pouvoir politique et les religions. D’abord en parcourant les siècles de la monarchie catholique à la République laïque. Puis en relatant les épisodes de la Séparation, du conflit violent à l’équilibre républicain. Enfin en suivant les relations de l’État avec les cultes depuis un siècle jusqu’à nos jours.

Ce retour sur les siècles passés conduit au seuil de l’actualité et permet de la comprendre. Confrontée à de nouveaux défis, quelles réponses la société saura-t-elle puiser dans l’histoire si riche, si mouvementée et si singulière de la « laïcité à la française » ?

Ce livre est publié par l’Académie des sciences morales et politiques qui est en charge du centenaire officiel de la loi de 1905.

Sous la présidence de Jean Tulard et d’André Damien.
Texte d’Yves Bruley, Chargé de mission à l’Académie des sciences morales et politiques.
Iconographie : Annick Fenet.
Préface de Monsieur le Premier ministre.

Table des matières

 

Préface du Premier Ministre

Introduction, par André Damien

Première partie : De la monarchie catholique à la République laïque
Chapitre premier : De l’Antiquité à la Chrétienté
Chapitre II : L’Etat et l’Eglise sous les « rois très-chrétiens »
Chapitre III : La Révolution française et les religions
Chapitre IV : Napoléon et les cultes
Chapitre V : Réveil religieux dans la France libérale et romantique
Chapitre VI : L’Etat et les religions au milieu du XIXe siècle
Chapitre VII : La Troisième République laïcise la France

Deuxième partie : La Séparation, naissance douloureuse de la laïcité française
Chapitre premier : La loi de 1901, « préface » de la Séparation ?
Chapitre II : Emile Combes et les « campagnes laïques »
Chapitre III : La rupture entre Paris et le Vatican
Chapitre IV : Le débat d’opinion sur la Séparation
Chapitre V : Le Parlement élabore le nouveau régime des cultes
Chapitre VI : La bataille des inventaires
Chapitre VII : La mise en place de la loi de 1905 : une réforme impossible ?

Troisième partie : L’Etat et les religions depuis 1905
Chapitre premier : De la Séparation à l’Union sacrée
Chapitre II : Le nouvel équilibre républicain : les années décisives de l’après-guerre
Chapitre III : Les nouveaux visages de la France religieuse
Chapitre IV : Ecole et laïcité dans la France contemporaine
Chapitre V : L’Etat et les cultes : séparation et coopération
Chapitre VI : Laïcité et Union européenne
Chapitre VII : Laïcité, liberté et séparation un siècle après 1905