Jean-Claude Trichet :
La santé de l’économie française

Séance ordinaire du lundi 21 juin
« Santé et Société », sous la présidence d’André Vacheron
Président de l’Académie des sciences morales et politiques

La santé de l’économie française

Jean-Claude Trichet
Membre de l’Académie des sciences morales et politiques

 

Télécharger le diaporama support de la communication
Télécharger les observations associées aux graphiques du diaporama
Télécharger l’annexe « Dix ans de désinflation compétitive« 

L’économie française est-elle en bonne santé si l’on applique la métaphore de la santé telle que définie par l’OMS comme un « état de complet bien-être physique, mental et social ne consistant pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité » ? Si l’on en croit l’avis général de nos concitoyens, la réponse est non. Ce sentiment  repose sur trois maladies chroniques sous-jacentes réelles de l’économie française, étroitement corrélées entre elles et qui n’ont connu que de brèves phases de rémission depuis une quarantaine d’années :
– l’augmentation régulière des dépenses publiques en proportion du PIB,
– la persistance de déficits publics substantiels année par année,
– l’augmentation associée de l’encours de dette publique en proportion du PIB.

En outre, l’économie française est sujette à une maladie chronique elle aussi ancienne et persistante : l’excès de réglementations, d’entraves à la croissance et d’obstacles à la création d’emplois. Et elle souffre aussi, depuis le premier choc pétrolier, d’un haut niveau de chômage de masse.

Pourtant, elle possède aussi d’incontestables atouts, notamment la résilience systémique dont elle a fait preuve grâce à la politique économique multipartisane menée de 1983 à 2019, les formations d’excellence qu’elle dispense dans les domaines de l’économie d’entreprise et l’importance des multinationales sur lesquelles elle peut s’appuyer, sans compter le succès relatif qu’elle obtient – certes au prix d’efforts de redistribution considérables et coûteux – dans la lutte contre les inégalités.

Aujourd’hui, la très grave crise économique et financière provoquée par le coronavirus aggrave encore la situation relative de l’économie française par rapport aux meilleures économies européennes et pourrait la placer dans une situation de vulnérabilité comparable à celle qu’elle a connue en 1983. Pour en sortir, Jean-Claude Trichet recommande de s’appuyer avec audace sur quatre piliers fondamentaux :
– une politique de maîtrise des coûts dans l’économie visant à assurer à son secteur productif la meilleure compétitivité possible en Europe,
– une politique de finances publiques équilibrée,
– une politique de réformes structurelles visant à donner à l’économie le plus grand dynamisme possible et à y développer la concurrence,
– une politique de lutte contre la crise du Covid-19 et de gestion de ses conséquences ne détériorant pas sa position relative aux pays comparables de l’Europe.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.