Six mois après sa création, la Fondation pour l’écriture accueille trois nouvelles fondations

Établie en décembre dernier à l’Académie des sciences morales et politiques, la Fondation pour l’écriture a tenu le 23 mai 2019 son conseil d’administration semestriel. A cette occasion les administrateurs se sont réjouis de l’arrivée de trois nouvelles fondations qui s’engagent aux côtés des membres fondateurs dans le soutien aux pratiques d’écriture.

Les trois fondations qui rejoignent la Fondation pour l’écriture ont la particularité notable d’entretenir un lien fort avec l’écriture. La Fondation Antoine de Saint-Exupéry pour la jeunesse, créée par la famille du célèbre écrivain-aviateur, s’engage depuis 10 ans pour perpétuer la mémoire et les valeurs de l’auteur du Petit Prince. La Fondation BIC, rattachée au groupe BIC, s’attèle au quotidien à faire avancer la cause de l’accès à l’éducation avec trois priorités : la lutte contre l’échec scolaire, l’accès des filles et des femmes à l’éducation ainsi que l’éducation à l’environnement. La Fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature, quant à elle, a été créée en 2004 par Vera Michalski-Hoffmann en mémoire de son époux, afin de perpétuer leur engagement commun envers les acteurs de l’écrit.

Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques et président de la Fondation pour l’écriture, s’est félicité du développement des ressources de la Fondation pour l’écriture : « L’engagement de trois nouvelles fondations aux côtés de la Fondation pour l’écriture est un signal évident d’encouragement et une marque de confiance dans la validité de son projet. Il aidera à la croissance de ses activités et nous espérons qu’il incitera d’autres partenaires à nous rejoindre dans l’aventure. »

Création de la Fondation pour l’écriture (17 décembre 2018)

La convention de création de la Fondation pour l’écriture a été officiellement signée le lundi 17 décembre au Palais de l’Institut entre Jean-Robert Pitte, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, et les quatre fondations d’entreprise partenaires (la Fondation Aéroports de Paris, la Fondation M6, la Fondation SNCF et la Fondation Sycomore).

Établie pour trois ans sous forme d’une fondation abritée par l’Académie des sciences morales et politiques, la Fondation pour l’écriture a pour vocation de soutenir toutes les initiatives dont le but est de transmettre le plaisir d’écrire, notamment auprès des publics d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes qui en sont le plus éloignés.

Elle consacrera l’essentiel de ses moyens, dans un premier temps, au développement de l’association Le Labo des histoires, qui depuis 2011 propose des ateliers d’écriture gratuits pour les jeunes de moins de 25 ans, afin qu’elle puisse étendre son offre à l’ensemble du territoire français. Philippe Robinet, président d’honneur et fondateur du Labo des histoires, Emmanuel Davidenkoff, président, Charles Autheman, délégué général, et de nombreux représentants des équipes du Labo des histoires étaient présents à l’événement.

Le secrétaire perpétuel Jean-Robert Pitte a rappelé, dans son allocution, l’enjeu de la maîtrise de l’écriture et de la lecture dans la formation de la jeunesse. Il a en particulier cité le philosophe Gaston Bachelard, qui fut membre de l’Académie des sciences morales et politiques :

Écrire, c’est réfléchir aux mots, c’est entendre les mots avec toute leur résonance. Dès lors, l’être écrivant est l’être le plus original qui soit, le moins passif des penseurs.

Lire le communiqué de presse.

Palmarès 2018 de l’Académie des sciences morales et politiques

cropped-minerve_asmp

Depuis son origine, l’Académie attribue chaque année des prix qui récompensent les meilleurs travaux ou apportent une reconnaissance aux actions les plus méritoires. Elle le fait dans l’esprit qui fut celui des Conventionnels lorsqu’ils créèrent l’Institut de France : « Suivre […] les travaux scientifiques et littéraires qui auront pour objet l’utilité générale et la gloire de la République » (8 brumaire an IV).

Lire la suite